Comment vous libérer des acouphènes naturellement

En France, 16 millions de personnes sont affectées par ce trouble et 3,7 millions ont des acouphènes en permanence. Les acouphènes ne sont pas dangereux mais peuvent altérer la qualité de vie au quotidien, affecter les relations, conduire à l’incapacité de travailler et faire basculer dans un état de dépression sévère.  On ne connait pas encore tous les mécanismes qui engendrent les acouphènes mais certaines pistes peuvent aider à soulager les bruits fantômes.  

Comment les acouphènes sont produits et à quoi ça ressemble ?

Un acouphène peut être perçu comme un bourdonnement ou un sifflement mais ça n’est pas de vrais bruits qui arrivent à l’oreille.

Les acouphènes peuvent se produire quand les cellules nerveuses de l’oreille ou du cerveau qui deviennent hyperactives à des stimulations fantômes. Le nom de la pathologie des acouphènes se nomme la maladie de Ménière.  

Comment se forment les acouphènes ?                

IL y a plusieurs causes mais 5 sont prédominantes :

Acouphènes mécaniques : Cela peut-être un bouchon de cérumen, un blocage cervical, un des osselets de l’oreille moyenne (transmission du son de l’environnement) ou des tensions musculaires qui vont stimuler la vibration de certaines cellules ciliées de l’oreille interne ce qui va donner un signal électrique qui aboutira à l’apparition d’un bruit fantôme dans le cerveau.

Acouphènes de stress : Si l’hormone du stress est produite en trop grande quantité cela va provoquer une libération importante de glutamate par les cellules ciliées de l’oreille interne. Le glutamate va agir sur certains récepteurs et va faire naître un influx nerveux sans bruit de base. Cette hyperstimulation augmente les acouphènes.

Acouphènes inflammatoires : Certains médiateurs pro-inflammatoires (produits dans le cerveau ou par le système nerveux entérique) causent une croissance de l’agrégation plaquettaires et une vasoconstriction ce qui diminue le flux sanguin dans les petits capillaires du corps comme l’oreille interne.

Acouphènes métaboliques : le diabète de type II peut détériorer à la fois le nerf auditif et les vaisseaux sanguins de l’oreille interne ce qui va entrainer la détérioration de la transmission de l’influx nerveux.

Acouphènes vasculaires : Tous les problèmes vasculaires comme la HTA (haute tension artérielle) et l’artériosclérose altèrent la microcirculation de l’oreille interne. Le cerveau est moins bien oxygéné, moins bien nourri et les toxines sont moins bien drainées ce qui altère le nerf auditif.

Certains médicaments comme les antihypertenseurs et les antiinflammatoires peuvent favoriser les lésions du nerf auditif.

L’anémie est un facteur favorisant les acouphènes.  

Que faire en cas d’acouphènes ?  

1) Modifiez vos habitudes alimentaires en supprimant ou en diminuant les aliments riches en :

Glutamate (E620 à E625), les autres additifs et conservateurs (E171, E104, E950, E124, E249 à E251, E951, E214 à 219)

Les pesticides, les fongicides, les engrais.

-Le Gluten, l’alcool, les produits laitiers, le café et les sucres raffinés.  

2) Diminuez le stress et l’inflammation par deux exercices de respiration :

Stress : la cohérence cardiaque en inspirant par le nez 5 secondes et en expirant par le nez 5 secondes pendant 5 minutes 3x par jour

L’inflammation : la méthode Buteyko ou la méthode Wim Hoff (contactez moi pour avoir plus d’infos).

3) Exposez vous au chaud ou au froid par la cryothérapie, la douche froide ou le sauna :  

Le froid ou le chaud vont permettre d’activer certaines protéines chaperonnes comme les HSP (Heat Shock Proteins) et les CSP (Cold Shock Proteins) qui vont permettent de régénérer les neurones et donc améliorer la microcirculation.

4) Apportez des nutriments et des micronutriments essentiels comme :

La provitamine A (bêtacarotène) : cette vitamine est capable de protéger et de régénérer les cellules sensorielles de l’oreille interne.

Les aliments les plus riches en bêtacarotène sont les carottes, le persil, le cerfeuil, les abricots secs, la mâche, les épinards, le potimarron et le fenouil.

La vitamine D3 : un manque de vitamine D3 peut entrainer un durcissement et une porosité des ossements de l’oreille (complémentation obligatoire).

Les omégas 3 : Ils peuvent limiter les lésions du nerf auditif

Les maquereaux, les sardines, les anchois, l’huile de lin sont des bonnes sources d’omégas 3.

Le magnésium : une carence en magnésium peut accentuer les problèmes d’acouphènes.

Les oléagineux, le chocolat noir à + de 70%, le riz complet, les légumineuses et la banane sont des bonnes sources de magnésium.

Les citrates et les bisglycinates de magnésium sont des bons compléments en magnésium.

Quelles plantes à utiliser pour les acouphènes ?

– La rhodiole : cette plante adaptogène va permettre de réguler le taux de cortisol (hormone du stress) ce qui va éviter la destruction des terminaisons nerveuses. Elle est anxiolytique, neuroprotectrice et antidépressive ce qui va protéger les neurones de cette surtension.

CI : bipolarité.  

Le Ginkgo Biloba : cette plante va jouer sur la microcirculation et l’oxygénation au niveau de l’oreille ce qui va permettre de protéger le cerveau des radicaux libres.

CI : antiépileptique, anticoagulant, anti-inflammatoire.

Autres :

Ne pas hésiter à aller voir un ostéopathe pour les blocages ostéo-musculaires ou le dentiste pour éviter les occlussions dentaires et les foyers infectieux qui peut être une source d’acouphène.

Cedric Schmidt Naturopathe 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − cinq =